Pour pouvoir afficher et utiliser le menu de ce site :
- Une version récente de Flash Player doit être installée sur votre ordinateur.
- Votre navigateur doit être configuré pour pouvoir utiliser Javascript.

Accueil du site > Actualités > Homélie pour la Sainte Famille 2015 (...)

Actualités


Homélie pour la Sainte Famille 2015 - Père DUMAS



Publié le 31 décembre 2015


Un couple marqué définitivement par l’intervention divine

La fête de la sainte famille nous donne l’occasion unique dans le temps liturgique de contempler le couple Marie-Joseph, par le témoignage de leur vie conjugale.

Dans la société où nous sommes, nous avons parfois du mal à comprendre et à accepter certains points de la foi concernant le couple de Marie et de Joseph. En cette fête de la Sainte Famille, demandons au Seigneur d’ouvrir notre intelligence au mystère de la virginité de Marie et de la chasteté de Joseph.

La venue de l’Ange Gabriel qui marque l’intervention divine vient accomplir la première initiative de Dieu qui a préservé Marie du péché originel. Immaculée Conception, Marie est parfaitement unifiée. Son corps et son âme ne sont jamais en opposition, ni en tension. Ce que Dieu lui indique en esprit et qu’elle reçoit dans son âme, son corps s’y ajuste totalement. Son corps de femme a été préparé à recevoir cette intervention divine en elle, qui a conçu Jésus. Ce que Dieu a fait en Marie, aucun homme n’aurait pu le faire. L’intervention divine et la présence divine en Marie n’ont pas atteint son intégrité physique. Car, la science nous a montré qu’un garçon possédait dans son ADN une chromosome Y. Il a bien fallu qu’il soit déposé en elle pour que nous puissions affirmer en toute vérité que Jésus est vrai homme ! Et si nous arrivons à croire au fait que 1800 ans après sa mort, Marie puisse apparaître avec un corps à Lourdes, à Fàtima ou ailleurs, pourquoi croirions-nous cela impossible ?

Nous le voyons bien, l’intervention divine dans l’intimité même de Marie va se déployer dans l’intimité de ce couple. Comment alors envisager qu’il puisse s’unir de la manière habituelle dont s’unissent tous les couples ? Pourquoi faudrait-il absolument vouloir démontrer que Jésus a eu des frères et sœurs ? L’intervention divine dans la conception virginale de Jésus a profondément orienté les rapports dans ce couple. Au fond, ils vont vivre époux/épouse comme il est indiqué lorsque, mari et femme, nous vivrons dans le Royaume. « A la résurrection, on ne prend ni mari ni femme mais on est comme des anges dans le ciel » Mt.22,30. Autrement dit, Marie et Joseph ont vécu leur vie conjugale sur la terre « comme au ciel ». Leur vie de couple nous rappelle que nous ne sommes pas seulement de la terre, mais que dès ici-bas, notre vie peut être un témoignage concret de la vie de Ressuscité que nous pouvons vivre sur la terre comme au ciel, ainsi que nous le demandons dans le Notre Père.

Marie et Joseph ont vécu une véritable union conjugale, dans le dynamisme de la résurrection. Et c’est un formidable enseignement qui nous est donné par leur vie familiale.

Au milieu de leur vie de couple, la présence de Jésus, Fils de Dieu, enfant et adolescent, a conduit Joseph et Marie à une présence singulière l’un à l’autre, qui s’est fait écoute, vigilance, confiance en Dieu, amour-agapè, don de soi, dans la chasteté et le respect total de la signification du corps de chacun. Tout leur être, tout leur corps, toute leur relation a été un accueil sans condition de Jésus comme Christ, appelé à vivre une relation privilégiée et unique avec le Père. La paternité de Joseph n’en a pas été dévalorisée, ni la maternité de Marie, mais elles se sont au contraire accomplies en paternité et maternité responsables.

Cela a ainsi ouvert à tous les couples de la terre la voie d’un accomplissement de leurs relations, colorant leur vie conjugale et transformant les époux en de véritables amis. Cela a également fait place au témoignage de tous ceux qui vivent le célibat pour le Royaume, à côté des couples et en leur faveur.

Lorsque nous prions pour que nous progressions dans la pratique des « vertus familiales » et pour que nous recevions la grâce d’être unis par les liens de l’amour de Dieu, nous pouvons réfléchir à la signification qui nous est donné par Marie et par Joseph dans leur vie corporelle, et dans le mystère de leur cœur.

Nous pouvons réfléchir à la valeur de la continence et de la chasteté dans le couple lorsqu’elles sont vécues en vue du Royaume.

Nous pouvons réfléchir à la valeur de la virginité et du célibat consacré… Et nous pouvons aussi réfléchir à la promotion de toutes ces vertus familiales dans nos familles, chez nos jeunes gens et jeunes filles. Confions chacune de nos familles à Marie et Joseph. Et à Jésus, Fils de Dieu.

Amen